Du Jeu de Paume au Village Saint-Paul

Suite de mes pérégrinations parisiennes. Au programme en ce jour de fin août, une visite d’expo au Jeu de Paume, et une rencontre avec un certain M. Fujifilm XE1 😉

Après toute la pluie de la veille, le soleil a daigné revenir, timidement d’abord, puis franchement dans l’après-midi, ce qui a permis une très jolie balade.

Pour accéder au musée du Jeu de Paume, le mieux c’est de traverser le jardin des tuileries, un écrin de verdure et de tranquillité, entre le Louvre et la place de la Concorde.

Je voulais arriver au musée en fin de matinée (il ouvre à 11h) pour ne pas être gênée par la foule, et j’ai traversé les jardins un peu trop vite. J’aurais pu flâner un peu plus, le décor et les passants étant toujours prétexte à des photos intéressantes. D’autant que les expos n’étaient pas transcendantes… mais je vous en parle plus loin.

Le déluge d’hier n’avait pas encore été totalement absorbé par le sol, créant des miroirs d’eau pour les superbes bâtiments du Louvre.

Reflets
Reflets

Les asiatiques sont partout autour des lieux touristiques, et ces jeunes filles m’ont amusé avec leur appareil photo : alors que l’une d’elle essaie de prendre des photos avec deux smartphones, sa copine la regarde d’un air dubitatif, alors qu’elle a un « vrai » appareil à la main…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Quel appareil ?

A cette heure de la matinée, il n’y avait pas grand monde dans les jardins. Est-ce une raison pour se dénuder à moitié ? je ne sais pas si c’était pour se faire dorer au soleil, ou pour se faire une petite toilette de chat, en tout cas elle ne semblait pas du tout perturbée par les éventuels observateurs. En fait, ça ne me dérange absolument pas puisque ça m’a donné l’occasion d’une photo, mais je pense que Tina aurait pu écrire ça ! d’ailleurs j’ai pensé à elle lors de cette balade.

Bronzage assumé
Bronzage assumé

Le photographe qui photographie le photographe qui… comme certains me l’ont fait remarquer sur flickr, j’aurais pu moi aussi me faire photographier sans le savoir, et ainsi de suite !

Perspective
Perspective

Au milieu du parc, on grimpe quelques marches pour atteindre un autre palier. Juste avant, j’ai trouvé ces drôles d’inscriptions, je n’ai pas très bien compris ce qu’elles signifiaient, mais c’était assez graphique pour m’attirer l’œil. Si vous avez une explication…

Musée du Jeu de Paume

J’ai déjà visité ce lieu d’exposition dédié à la photo, et même si les sujets ne sont pas toujours parmi mes favoris, le site est très beau, blanc, moderne et épuré à l’intérieur pour laisser la vedette aux images.

Jeu de Paume 2
Jeu de Paume

En cette fin août, certaines expos d’été ont plié bagages et les nouvelles de la rentrée ne sont pas encore installées, le choix n’est donc pas très large. Au programme du Jeu de Paume : Germaine Krull et Valérie Jouve.

Germaine Krull est une photographe Allemande, née en 1897, morte en 1985. Avant-gardiste, aventurière, « chien fou » comme l’appelait son ami Man Ray, elle a eu une carrière éclectique, en passant du nu aux rues parisiennes, des routes et des voitures aux « fers » (gros plans graphiques de constructions métalliques), des séries sur les mains à une sorte de roman photo en collaboration avec Simenon.

En 1965, elle quitte tout pour s'installer à Paris, ic la rue Auber, vers 1928.

© Estate Germaine Krull, Museum Folkwang, Essen

A priori un parcours intéressant, mais j’ai eu du mal à accrocher : les tirages sont petits, et il est un peu difficile de trouver une cohérence à tout cela. J’aime beaucoup ses cadrages souvent serrés (plongées, contre-plongées assez audacieuses) sur des échafaudages, des grues, des ponts, par exemple, mais tout ne m’a pas enthousiasmé. Au moins j’aurais découvert une photographe (pas si nombreuses, les femmes dans la photographie…)

Krull rouge
Krull rouge

Valérie Jouve est une photographe contemporaine. Cette rétrospective de son travail inclue entre autre des personnages dans un milieu urbain, ce qui avait à priori tout pour me séduire. Or, je n’ai pas vraiment pu entrer dans son univers, j’ai eu l’impression de passer à côté de sa vision. Je crains de n’avoir pas compris grand-chose, ni même été émue, rarement intriguée. Les quelques explications, près des grands tirages couleur n’étaient pas limpides.

Valérie Jouve
Valérie Jouve

De toute façon, même s’il peut être utile de comprendre la démarche d’un artiste, il faut quand même au départ que ça vous « parle » un peu… Ce n’est pourtant pas une oeuvre abstraite, mais là, je suis restée quasiment de marbre. J’espère que d’autres l’auront vu et pourront me convaincre du contraire ! Je vous laisse découvrir son travail sur son site.

Je me suis consolée en feuilletant les innombrables livres de photographie de la librairie, un régal !

En attendant M. Fuji devant le musée, j’ai patienté agréablement, fascinée par le spectacle de la place de la Concorde et les alentours proches…

Arrivé pile à l’heure, mon guide m’a fait découvrir des coins secrets du quartier du Marais, en particulier le village Saint-Paul, puis de charmants petits jardins aménagés, écrin de verdure parmi des immeubles d’époques différentes, de superbes hôtels particuliers et des rues bordées de petites boutiques bien sympathiques et colorées.

Un doux rayon de soleil
Un doux rayon de soleil

Quand deux photographes se rencontrent, je vous laisse imaginer les conversations de passionnés ! du coup, quand on discute, on est moins disponible pour capter la photo du siècle. Les quelques clichés qui suivent ne sont donc pas ce que j’ai fait de mieux, mais juste un bon souvenir de cette balade.

Au hasard de nos pas, nous avons trouvé la galerie YellowKorner, un concentré de superbes très grands tirages photo, on en prend plein la vue et on découvre de nouveaux photographes. Saviez-vous que Matthieu Ricard était aussi photographe ?

Photo Assemblée de moines - Matthieu Ricard
Photo Assemblée de moines – Matthieu Ricard

Les galeries d’art sous les arcades de la place des Vosges peuvent réserver de belles surprise :

Ciblé
Ciblé

Ah, si, j’ai aussi une petite série de bancs occupés par des lecteurs concentrés :

Couleurs ou noir et blanc ?

Mobilier urbain jaune
Mobilier urbain jaune

Je termine par celle-ci, qui fait partie du défi que m’a lancé Anne : trouver 6 photos dont le thème est : Mobilier urbain jaune. Elle m’a proposé de participer à sa nouvelle rubrique : interview en série, et j’ai l’honneur de l’inaugurer. Merci Anne, mais j’ai eu du mal à remplir mon contrat ! je reviendrai bientôt pour raconter mon dilemme quand j’ai du choisir parmi une vingtaine mes 6 photos.

Et un grand merci à mon guide pour la belle découverte de ce quartier de Paris.

Publicités

Auteur : esther FR

Accro à la photo, je partage tout ce qui touche à cette passion, et de plus en plus la photographie de rue.

12 réflexions sur « Du Jeu de Paume au Village Saint-Paul »

  1. Magnifique série ! En particulier la toute première photo qui nous capte directement avec l’ambiance quelle dégage … J’adore « Reflets » le Louvre se reflétant dans un damier, le traitement est magnifique … Et « Perspectives » génial , un côté cliché du « pris qui croyait prendre » ça fonctionne à merveille 🙂

    J'aime

    1. Merci Lounamai, « perspective » est aussi une de mes préférées de cette sortie. Quant à la première, j’ai trouvé la lumière tellement belle sur cette statue « kitchisée »… et mon appareil l’a bien compris !

      J'aime

  2. La photo est un art qui se pratique en solitaire et qui se partage à plusieurs.
    Bravo pour ces clichés du matin, les étirements des sportifs toujours une belle occasion de cadrages intéressants. C’est sans doute plus calme que l’après midi où c’est quand même la grande foule. Belle trouvaille cette inattendue statue habitée.
    Et ce magasin de chapeau qui donne du fil à retordre :
    Suivez mon regard
    J’aime beaucoup ce reflet du Louvre très dynamique (les avantages du déluge).
    Quel appareil très drôle ce regard réprobateur.
    Dans l’église on dirait un fuji (perd ses) tif qui cherche la sortie.

    J'aime

    1. Le jardin des Tuilerie était effectivement très calme le matin, à part quelques joggeurs et touristes égarés, à peine de quoi occuper l’objectif pour des photos de « street ».
      Cette boutique de chapeaux a du potentiel, mais pas facile de trouver le bon angle… j’aime bien la légère contre plongée sur la tienne. L’idée était de capter une partie de son visage dans le reflet. Du coup, dans la mienne, j’ai volontairement coupé aussi les tête à chapeaux. Bon, çe n’est pas le cliché de l’année, mais c’était amusant.
      Le fuji-tif a été attrapé 😉
      Ce qui se partage aussi, ce n’est pas que les photos prises, mais toutes celles que l’on aurait aimé faire, et qui ne sont que des souvenirs…

      J'aime

  3. The first photo is great because at first glance it looks like a picture of the actual building rather than of the reflection of the building in a puddle. At first I thought you had taken a picture at a slanted angle.

    I could have written a lot about the woman sitting backwards on the chair in the garden. ;D

    The photo of the little dog relaxing on the chairs is so sweet. I love dogs.

    Benches are a great thing to photograph, aren’t they? I mean, the people that sit on them, but you know what I mean. You can rest and photograph people at the same time. I like the shot of the man with the sunglasses, sitting on the bench and reading. Wouldn’t having the sunglasses on make reading difficult? I never wear sunglasses so I wouldn’t know. 😀 I can’t decide whether in color or black and white. It’s often a dilemma I face myself.

    J'aime

    1. The reflection of the building in the pavement gave a nice grid shape…
      The sun was shining hard, a lot of people were wearing sunglasses, so I guess it was easier to read. This garden was so lovely and peaceful, a very nice discovery.
      Dilemma of colors and black and white : my friend Amor wrote an interesting post about that :
      http://www.la-ligne-claire.fr/reduction-bruit/ it’s in french but maybe google will help you 😉

      J'aime

  4. Très jolie balade ! « Reflets » est superbe, un peu en avance sur le PPL38 ! 😉

    La mise en abyme de photographes est géniale ! Effectivement, encore un dans le cadre aurait été bien marrant.

    Je n’ai pas d’explication pour les inscriptions sur le mur, c’est bien énigmatique …

    Dans le jardin, j’adore celle avec l’homme assis qui lit son journée, la correspondance entre la phrase « c’est elle le patron » et la tondeuse juste devant lui. Les joggeurs c’est toujours cocasse !

    Ta photo « ciblé » me fait penser à l’oeuvre d’un artiste japonais dont j’ai vu des œuvres dans une galerie à Bruges, je n’ai pas de photo de ça, mais ça ressemblait à un assemblage de cônes. De plus, sur ta photo ça ressemble au rond rouge du drapeau japonais, il y a de grandes chances que ça soit le même.

    Très sympa ta série sur les lecteurs sur les bancs !

    J'aime

  5. (Placé) sur un point fixe (Pris) depuis un point fixe. no 717 est une œuvre de l’artiste américain Lawrence Weiner située à Paris, en France. Créée en 1992, elle est installée dans les jardins des Tuileries en 2000. Il s’agit d’une installation murale reprenant le titre de l’œuvre.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s