Bernard Descamps, passages vers l’imaginaire

Il y a 8 jours, je vous posais la question « pourquoi photographiez-vous », en reprenant le titre du Hors-Série n°20 de Réponses Photo. Finalement, je n’étais pas la seule à y avoir pensé dans notre petit monde, puisque Isabelle y répondait longuement et m’envoyait de suite le lien vers une discussion animée sur flickr (dont je ne connaissais pas l’existence), avec cette fameuse question.

J’ai noté mes propres réflexions (dont je vous ferais part plus loin) avant d’ouvrir la revue, puis je me suis installée confortablement sous le parasol pour la lire.

sous le parasol

Le magazine recevait Bernard Descamps au sujet de son actualité photographique, une prochaine exposition à l’Hôtel de Suroy à Paris et un livre « où sont passés nos rêves » qui sortira fin septembre 2015. Continuer à lire … « Bernard Descamps, passages vers l’imaginaire »

Harry Gruyaert et plus encore

MOROCCO. Town of Ouarzazate. 1986.
© Harry Gruyaert

Comme je l’avais prévu pour ce séjour de mai à Paris, j’ai pu visiter l’exposition Harry Gruyaert à la MEP. Je ne connaissais pas ce photographe avant d’avoir lu un article dans un Télérama (parfois, je ne regrette pas mon abonnement ancien à cette revue, même si je ne consulte plus le programme télé).

J’ai fait quelques recherches et découvert un univers de couleurs qui m’a beaucoup plu.

Continuer à lire … « Harry Gruyaert et plus encore »

Franco Fontana

Fontana
Franco Fontana, paysage urbain à Houston, 1990

 C’est toujours inspirant de découvrir certains photographes. Comme je n’ai pas fait d’études d’histoire de la photographie, et malgré la lecture régulière d’articles en lignes, ou de livres glanés ici ou là, j’ai l’impression de découvrir sans cesse de nouveaux artistes.  Continuer à lire … « Franco Fontana »

Vivian Maier

Article original le 2 avril 2015, mis à jour le 8 mai 2015

L’histoire de cette photographe et de sa découverte est digne d’un scénario extraordinaire.

VM1955W03420-05-MC
Vivian Maier, self-portrait, 1955

A Chicago, fin 2007, un jeune agent immobilier, John Maloof, qui veut écrire un livre historique sur le quartier de Portage Park, achète aux enchères un énorme lot de négatifs, de rouleaux et de quelques clichés datant des années 1950-1960. Déçu, il ne trouve pas de photos du quartier en question. Il laisse tomber quelques mois, puis se replonge dans les cartons. Les tirages retiennent son attention : des photos de rue fortes, belles, bien composées…

Nulle part n’apparaît le nom du photographe. Il lui faudra plus d’un an pour trouver une vieille enveloppe au fond d’un carton avec le nom de l’auteur de ces clichés : Vivian Maier.

Continuer à lire … « Vivian Maier »

Saul Leiter

« Mes photographies sont la moindre parcelle de ce que je vois et qui pourrait être photographiée. Elles sont des fragments de possibilités infinies »   Saul Leiter

Dans la série « je découvre le monde de la photographie », je me suis intéressée à Saul Leiter, en tombant sur une de ses photo de New York (étonnant, non ?!)

SAUL LEITER - Snow, 1960
SAUL LEITER – Snow, 1960

Continuer à lire … « Saul Leiter »

Elliott Erwitt

« Certaines personnes pensent que mes clichés sont tristes, d’autres pensent qu’ils sont plutôt drôles. Mais au final triste et drôle, n’est-ce pas la même chose ? »  Elliott Erwitt

Elliott Erwitt , New York, 2000

Quand j’ai posté cette photo sur flickr, et que Thierry m’a laissé comme commentaire : « tu fais concurrence à Elliott Erwitt ! », j’ai été très touchée, car j’avais en tête une petite idée du travail de ce photographe qui a passé sa vie à capter l’ironie du quotidien (en plus de nombreux portrait de célébrités). Je me souvenais de certains clichés avec des chiens et des hommes, tel que celui-ci :

Continuer à lire … « Elliott Erwitt »

Robert Doisneau

« La qualité d’un photographe doit être l’espoir du miracle contre toute logique ».

Robert Doisneau

Doisneau
Doisneau, Fox-terrier au Pont des Arts, Paris, 1953

 

On ne présente plus Robert Doisneau… Ce qui est un peu dommage avec les photographes célèbres, c’est que ce sont toujours les mêmes photos qui représentent leur travail pour le grand public, et évidemment pour Doisneau, le baiser de l’hôtel de ville…

Continuer à lire … « Robert Doisneau »

De Henri Cartier Bresson à Willy Ronis

Henri Cartier-Bresson
Henri Cartier Bresson

En avril dernier, avant de donner naissance à ce blog, je suis allée quelques jours à Paris. Je ne pouvais pas passer à côté de l’exposition Cartier Bresson à Beaubourg. j’avais alors trouvé sur un site de photographie de rue un excellent article à ce propos qui m’avait encore plus donné envie d’y aller.

« Photographier c’est mettre sur la même ligne de mire la tête, l’oeil et le coeur » Henri Cartier Bresson

Continuer à lire … « De Henri Cartier Bresson à Willy Ronis »

Garry Winogrand

J’ai découvert Garry Winogrand par hasard (?) en rentrant de New York.

C’est un photographe Américain ( 1928-1984) qui a accumulé des centaines de clichés, de la vie à New York principalement, et aux Etats-Unis , des années 50 aux années 80.

Garry Winogrand

Je vous laisse le découvrir dans cet article complet sur slate.fr

Citations :

 » Je photographie pour voir a quoi ressemblera une chose une fois photographiée.»

« Parfois, c’est comme si le monde entier était une scène pour laquelle j’ai acheté un billet… Comme si rien ne se produirait si je n’étais pas sur place avec mon appareil. « 

Le Jeu de Paume présente la première rétrospective, depuis vingt-cinq ans, de ce photographe, et il était aussi à l’honneur au MET, à New York jusqu’au 21 septembre 2014 ( juste avant notre arrivée). 

Je vous renvoie aussi à l’article et aux belles photos d’Amor sur l’expo qu’il a visité, le veinard !

Je me suis amusée à chercher parmi mes photos pour jouer « à la manière de » :

transportny0028
New York 2014

Edit : je vous laisse découvrir un bel article bien plus complet sur le site de Bernard Jolivalt que j’ajoute tout de suite dans mes blogs préférés !

Sabine Weiss

 

Citation : « Je photographie pour conserver l’éphémère, fixer le hasard, garder en image ce qui va disparaître : gestes, attitudes, objets qui sont des témoignages de notre passage. L’appareil les ramasse, les fige au moment même où ils disparaissent »Sabine Weiss

Sabine Weiss
Sabine Weiss, la fille aux jets d’eau, Parc André Citroën, Paris, 1995

Je ne connaissais pas cette photographe, et je découvre cette image après mes propres photos de jets d’eau, c’est troublant…

Jeux d'eau
Jeux d’eau